Lifestyle

Avoir ses règles et être zéro déchets

Être quelqu’un qui a ses règles, je ne le souhaite à personne. Ça fait mal, c’est inconfortable et les hormones jouent avec les nerfs. Mais en plus, pendant très longtemps, les protections hygiéniques les plus accessibles étaient jetables et extrêmement polluantes.

Envie de préserver la planète même en ayant ses règles ? J’ai quelques solutions pour vous !

Les alternatives biodégradables

On va commencer par du jetable, mais du jetable responsable ! Aujourd’hui, il est facile de trouver des serviettes hygiéniques biodégradables, faites en matière non dangereuse pour la santé de nos précieuses vulves. Car oui, il y a plein de trucs dégueu’ dans les serviettes de grandes marques dont on connaît peu, voire pas du tout, la composition.

On peut aussi trouver des tampons 100% sans perturbateurs endocriniens, sans pesticides, sans OGM, sans métaux lourds et sans chlore. Il en existe même en matière biologique et biodégradable !

Les serviettes lavables

Mais passons au zéro déchet avec notre première option : les serviettes hygiéniques lavables ! Elles sont en tissu, bio ou pas selon votre choix, lavables en machine ou à la main et surtout réutilisables très très très longtemps !

J’ai les miennes de chez Dans ma Culotte depuis maintenant 3 ans, ce qui est leur durée de vie supposée par la marque. Il est vrai qu’elles sont beaucoup moins belles qu’en 2018, avec des tâches qui ne partent plus, des couleurs défraîchies, mais elles sont toujours aussi efficaces ! Après utilisation, je les laisse tremper pendant quelques heures dans l’eau froide avant de les mettre à la machine avec le reste de mon linge.

©Jaïne&Co

Très pratiques car elles se plient en quatre pour le transport, je n’ai jamais eu de problème de fuites (sauf une nuit où j’en portais une toute petite alors que j’étais à mon premier jour…) et j’ai conseillé cette méthode à grand nombre de mes copines ces trois dernières années !

Les culottes de règles

Un autre produit que j’expérimente depuis maintenant quelques mois : les culottes de règles. Et ben je peux vous dire qu’elles font de l’ombre à mes serviettes lavables !

Hyper confortables, je ne m’inquiète jamais de la moindre fuite, je n’ai pas l’impression de porter un couche et je ne me sens pas sale. Car oui, même si les règles ne sont pas sales, il se peut que les personnes les ayant se sentent sales, si la protection hygiénique qu’elles portent n’est pas adaptée.

J’ai opté pour des culottes noires histoire de ne pas voir les tâches irrécupérables et ainsi de ne pas avoir la voix de ma mère dans ma tête “Ah mais c’est tâché, on jette !“. Oui, j’ai de nombreuses petites culottes qui sont parties à la poubelle à cause d’une malheureuse goutte de sang qui refusait de partir au lavage…

Les culottes de règles sont donc vraiment 100% zéro déchets chez moi : pas de protections périodiques jetables ni de petites culottes licenciées de mon tiroir ! En plus, certaines marques en font des hyper sexy afin qu’on se sente belles et désirables même avec un utérus contorsionniste !

La cup

Alors là, malheureusement, je ne peux pas vous parler de ma propre expérience puisque je n’en ai pas ! En revanche, j’en ai acheté plus d’une pour des copines qui voulaient essayer, mais qui n’osaient pas en acheter une. Ouais, je suis une copine et une maman-poule, 2 en 1 !

J’ai retenu de leurs expériences que c’est une galère infinie d’apprendre à la mettre. Il faut être à l’aise avec son corps car il faut mettre les doigts pour insérer la cup dans votre vagin. Mais une fois bien placée, la cup sait se faire oublier, empêche les fuites, les odeurs désagréables et le changement de protections quatre fois dans la journée ! Vraiment beaucoup de bénéfices !

La cup est en silicone chirurgicale, donc rien de dangereux pour le corps et pour la laver rien de plus simple, la passer sous l’eau claire suffit ! Pour vraiment la désinfecter à fond une fois les règles terminées, hop, un petit bain dans l’eau bouillante et elle est prête pour la prochaine utilisation !

Cependant, attention ! Lorsque vous la retirez, pincez bien la base pour enlever complètement l’effet de succion. En effet, les urgences gynécologiques ont reçu beaucoup de cas de prolapsus génitaux suite à l’apparition de la cup. En gros, si vous retirez la cup sans enlever l’effet ventouse, elle risque d’entraîner avec elle vos organes. Ça serait dommage quand même ! Après, ça ne se fait pas en une fois hein ! Pincez bien la cup au moment du retrait et tout ira bien.

Et, tout comme les tampons, la cup peut déclencher le syndrome du choc toxique, une infection très grave même si elle est très rare. Pour éviter tout risque, retirez et videz votre cup toutes les 4 à 6h, comme un tampon !

Et vous, vous utilisez quoi comme protections hygiéniques ?

2 commentaires

  • Zoé

    Ah tiens je ne connaissais pas les tampons lavables ! Je vais me renseigner car la cup, je ne peux pas xD

  • Agnès

    Culottes de règles, la viiiiie ! Pas très dur à coudre en plus.
    Et pour cet été je veux tester les tampons lavables à la piscine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *