Cinéma,  Entertainment

Voyage Vers La Lune : une épopée colorée qui fera fondre vos coeurs

Le 23 octobre 2020 sortait Voyage Vers La Lune (Over The Moon) sur Netflix.
Production réalisée par Glen Keane et John Kahrs, l’histoire conte le rêve un peu fou de Fei Fei – une jeune fille surdouée – souhaitant rejoindre la lune pour y rencontrer une déesse légendaire ayant bercé son enfance.
Que trouvera-t-elle ? Le néant ou Chang’E ?

© Netflix France

Un petit air de Disney…

Au delà d’un graphisme léché, c’est probablement l’empreinte “Disney” qui finira par vous cueillir. Il ne s’agit pourtant pas d’une production de la Mickey Company.
En vérité, si son logo n’y est pas accolé, il faut tout de même savoir que Glen Keane (réalisateur, animateur et directeur d’animation) se cache derrière des classiques de la célèbre maison aux grandes oreilles : Raiponce, Tarzan ou encore Le Noël de Mickey ! Il n’est donc pas surprenant d’y retrouver un ADN commun.

Premièrement, la légende contée par la mère de Fei-Fei tout au long de son enfance, est clairement le cœur de l’intrigue. Entretenue et perpétuée de génération en génération, Chang’E est un personnage de la mythologie chinoise, unie à l’archer Houyi. La raison de son isolement sur la Lune varie selon les sources trouvées sur le net

© Netflix Futures – Légende de Chang’E

Ensuite, les chansons ! Elles sont relativement nombreuses : huit au total. Sonorités traditionnelles chinoises, hip hop, pop ; la palette musicale proposée est extrêmement large et variée. De quoi plaire aux grands comme aux petits.
On retrouve même une séquence musicale clairement influencée par la K-Pop, que l’on regarde avec des yeux ébahis.

© Netflix France


Et enfin, la mascotte ! Autre élément phare des classiques Disney.
Ici, ce n’est autre que Cabriole, la petite lapine adorable de Fei-Fei. On a qu’une seule envie : la voir déclinée en peluche que l’on pourrait s’arracher !

Découvrir la Chine…

Dans Voyage Vers La Lune, le spectateur est très vite frappé par la beauté du graphisme et le sens des détails.
On se retrouve en immersion totale en Chine. Tout y est : végétation, architecture, art de vivre etc. Bien évidemment, cela ne vaut pas un vrai séjour en terres chinoises, mais il faut reconnaître que l’illusion ici est parfaite.

On se surprend même à chercher ces détails dans les décors ou sur les personnages : style vestimentaire, personnages emblématiques (mooncakes, Chien Fu), références à la pop culture.
Rien que pour cela, cette production est à voir !

La question du deuil en toile de fond…

La thématique principale abordée par le film peut étonner pour ce type de production. Comment évoquer la question du deuil auprès d’un jeune public ?

Fei-Fei traverse probablement l’une des épreuves les plus difficiles de la vie : la perte d’un être cher.
Depuis, elle vit et s’entérine dans ses réminiscences enfantines.

C’est oublier que la vie continue, même si cela nous est insupportable sans l’être aimé.
La jeune fille se retrouve propulsée – malgré elle – dans une vie aux réalités plus adultes, remettant en question ses croyances et acquis.

Au cours de son aventure, elle découvrira que les souvenirs sont d’or, mais surtout que l’amour se multiplie et se (re)compose .



Beaucoup regrette une exploration trop superficielle des questions – pourtant essentielles – mentionnées ci-dessus.
Or, il ne faut pas perdre de vue que Voyage Vers La Lune a pour objectif d’être compris par tous, notamment les plus petits.
Pas question de partir dans des réflexions et débats philosophiques pompeux, lassant parfois même certains adultes !

Cette production n’est que pur divertissement, et ne demande qu’à être lu comme tel.

C’est mignon, familial, poétique et plein de douceur. De quoi réchauffer nos cœurs en ces temps incertains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *